Je potasse mes classiques

Or donc, j’ai décidé de me remettre à faire du yoga de manière plus sérieuse ou assidue.

La première fois que j’ai pris un cours de yoga, c’était à Montréal, en 2007. Depuis longtemps cette discipline m’intéressait dans la mesure où je recherchais une activité qui me permette de me bouger un peu et qui fasse un peu office de parenthèse pendant laquelle je ne pensais à rien, ou du moins pas aux petits tracas du quotidien, ni aux dossiers en cours au travail. Tout en prenant en compte que le sport et moi, on n’était pas vraiment amis en fait.

J’avais trouvé un cours à côté de chez moi et même si les horaires ne m’arrangeaient pas trop, j’avais pris le temps d’y aller un soir, pour voir. Je me rappelle que la salle était très vaste, que nous étions peu nombreux et que pourtant il y avait beaucoup de chaleur humaine. Je me rappelle aussi que commencer le cours avec des « ohm » quand on en a jamais fait, c’est assez ravageur pour le côté discret mais que par contre ça permet d’entamer un bon fou rire. Et puis on avait fait des échauffements, on avait travaillé quelques postures de la salutation au soleil pour l’enchainer 3 fois de suite. On avait fini par un peu de relaxation et les « ohm », mais cette fois je n’ai pas rigolé comme une baleine.

En sortant, j’étais complètement flagada, très contente de mon cours, un peu sur un nuage presque. De voir des personnes si différentes, si concentrées, d’avoir un professeur si doux et prévenant était vraiment agréable. Une vraie bonne fatigue s’était emparée de moi et je crois bien ne pas avoir trainé longtemps avant d’aller me coucher. Je me demande même si j’avais mangé ce soir là…

La leçon de yogaLe cours m’avait tellement plu que j’ai d’ailleurs commencé à me documenter un peu plus sur le sujet. J’avais investi dans un tapis de yoga et une tenue plus adéquate que mon vieux survêtement des années collège/lycée.

J’ai par la suite repris quelques cours, testé plusieurs types de yogas, sans jamais toutefois être suffisamment assidue pour y aller chaque semaine toute une année. Et puis une fois arrivée à Toulouse, j’ai essayé quelques cours à proximité de chez moi, sans pour autant trouver une ambiance, un endroit et un horaire qui me satisfassent. C’est pourquoi j’ai « investi » dans des livres, recherché des vidéos de yoga pour pouvoir pratiquer chez moi, tranquillement.

la leçon de yoga, début de la salutation au soleil
Le début de la salutation au soleil

Bien sûr que pratiquer chez soi ne permet sans doute pas d’apprendre aussi vite qu’en cours avec un professeur chevronné. Certes. Mais je préfère avoir cette flexibilité, m’entrainer pendant des semaines entières sur une posture pour acquérir souplesse et fluidité, même si ce n’est que 20 minutes par jour. Ne vaut-il pas mieux 20 minutes par jour que rien du tout ?

Et puis peut être qu’un jour, je trouverai un cours qui me convienne. En attendant, je fais ma salutation au soleil aussi régulièrement que possible et, grâce au livre en photo, je souhaite m’entraîner chaque jour sur une posture particulière. Le yoga m’apaise véritablement, me permet de me concentrer sur autre chose que de devoir rappeler Machin ou que je dois répondre au mail de Bidule depuis 2 semaines. Je pense à ma respiration, je me concentre sur la posture.

Et c’est tout.

Mais comment ai-je pu oublier de pratiquer pendant si longtemps ?

Bon sport et bonne journée !

5 thoughts on “Je potasse mes classiques

  1. Et le yoga kundalini, tu as essayé ? Moi j’ai totalement accroché, il faut dire que la prof est une amie. Nos liens se sont encore renforcés depuis…

    Bon yoga, en attendant que tu trouves le cours idéal pour toi !

    BM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.