San Lawrenz (Gozo)

En fait, au départ, je n’étais pas à Malte. J’ai commencé mon séjour sur l’archipel en passant quelques jours à Gozo, histoire de vraiment couper avec le quotidien. Et je dois bien dire que ça a fichtrement bien fonctionné comme technique.

Sur l’île, je logeais au Kempinski à San Lawrenz. Un joli hôtel, avec plein de britanniques (je n’ai croisé qu’un petit groupe de français le jour où je partais), une ambiance très zen et un peu aristocratie anglaise, mais sans le côté coincé, c’était même plutôt détendu.

Mon premier repas, des minis sandwiches au saumon absolument délicieux
Mon premier repas, des minis sandwiches au saumon absolument délicieux

Après un déjeuner léger (à 15h, traversée par le ferry après avoir traversé tout Malte en voiture oblige) (chaotique la traversée, la mer était agitée, mais je m’en suis bien sortie), je suis allée me promener un peu, histoire de prendre la température de l’île. Il ne faisait pas forcément très beau (en fait j’ai eu le droit à quelques averses), mais il faisait bon, le vent n’était pas trop froid.

Là je me dépêche de prendre une photo, l'averse arrive
Là je me dépêche de prendre une photo, l’averse arrive

Cette petite promenade a été l’occasion pour moi de me confronter à l’architecture de l’archipel, ses spécificités, son mode de vie. Nous étions un samedi, certes il ne faisait pas très beau, mais j’ai été très surprise : je n’ai pratiquement croisé personne, j’ai donc pu crapahuter et prendre des photos tranquille. C’était sans compter les lubies que me réservait mon appareil photo pour ces vacances.

Malgré tout, j’ai pu prendre quelques clichés et ainsi m’assurer quelques souvenirs (ouf !).

San-Lawrenz-3Les balcons fermés, avais-je lu, sont la marque de fabrique de l’archipel. Et j’avoue que j’en ai croisé quelques uns, surtout dans les « vieilles villes ». Il y en a pour tous les goûts, des plus ou moins décorés, certains en pierre alors que d’autres sont en bois. C’est un peu ce qui fait le style de chaque maison.

San-Lawrenz-4Ici il y a beaucoup de pierre ocre et les maisons sont toutes collées les unes aux autres. Les rues sont étroites, ça fait un peu penser à un village médiéval parfois. Par contre les maisons sont bien souvent différentes de leurs voisines de par leurs façades bien sûr (et donc leur balcon) mais aussi parce que toutes ont un nom (Black pearl, Eden Court, etc.).

Par contre, j’en ai croisé très peu avec des numéros. Est-ce que les facteurs connaissent le nom de chaque maison ? Comment font-ils quand une personne déménage et que le nom de la maison change ?

San-Lawrenz-5San Lawrenz est une toute petite ville, mais je trouve que l’architecture vaut le coup d’œil. Ce silence, ce calme, m’ont permis d’amorcer mon périple tranquillement, sans stress, sans avoir envie de tout planifier (car oui, c’est un exploit, je n’avais pratiquement rien planifié !). Et puis à partir de là on peut aisément rejoindre Dwejra à pieds. Il suffit juste de prévoir une bonne promenade et un peu de temps (mais on y reviendra).

Une petite mise en bouche de l’archipel comme une douceur, qui présageait bien des choses pour la suite…

Bonne journée !

4 thoughts on “San Lawrenz (Gozo)

  1. Pour commencer, c’est cool d’y aller mollo 🙂
    C’est vrai que l’architecture est très éloignée de celle de la France. Encore qu’en France, genre, entre chez toi et chez moi, ça n’a rien à voir 😉

    1. Oui, commencer doucement je trouve que ça permet de se mettre en mode vacances, de vraiment relâcher.
      L’architecture en France est très riche, tu as raison. Mais c’est ça qui est chouette quand on bouge un peu (dans son pays ou ailleurs), on voit des choses qui sont différentes de ce qu’on trouve sur notre chemin d’habitude !

  2. Oh, c’est tout bizarre les balcons fermés !
    Genre il fait trop froid chez eux en plus 😉
    Finalement c’est donc la dernière maison que je préfère, celle avec le balcon ouvert (trop belle, + la terrasse de toit j’imagine !)

    1. Oh dis donc je viens juste de voir que je ne t’avais pas répondu ! Il était temps !
      Oui c’est assez rigolo ces balcons fermés. Ce n’est pas tellement une question de froid, je crois que c’est plus de la « pudeur » : les maltais et gozitains sont des gens très discrets, peu expansifs et plutôt réservés, je suppose que ça transparaît dans leur architecture !
      La dernière maison est très belle oui, mais les balcons ouverts se retrouvent de temps en temps sur certaines maisons. Par contre je ne crois pas qu’il y ait une terrasse de toit, ce n’est pas trop dans les mœurs de là bas il me semble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.