Mnêmosunê

Les petits riens forgent de belles existences…

L’île des oubliés – Victoria Hislop

Ce livre m’a été prêté par ma belle mère, pour une raison bien précise. Il raconte l’histoire d’une jeune femme, Alexis, qui cherche à en savoir plus sur son histoire familiale. Pour cela, elle décide de se rendre dans le village natal de sa mère, Plaka. C’est ainsi qu’elle se rend dans le village, situé en face de Spinalonga, l’île qui abritait une colonie de lépreux entre 1903 et 1957.

Cette île, je suis allée la visiter il y a quelques années, et j’avoue que c’est un endroit qui m’avait assez marqué, très poignant. C’est donc avec beaucoup de plaisir que je me suis plongé dans ce livre (j’avais d’ailleurs découpé l’article du Elle qui lui était consacré, c’est dire si je voulais le lire).

l'île des oubliés - Victoria HislopC’est un livre très agréable, avec des personnages travaillés et  une histoire forcément très poignante. J’ai aimé cette quête que mène Alexis pour en savoir plus sur sa famille, comment elle découvre le passé de sa mère, comment ce passé est raconté. C’est un roman simple, sans fioritures, mais qui nous fait voyager : on se surprend à s’imaginer sur la plage, à regarder les maisons blanches aux volets bleus, des géraniums débordant de partout…

Il y a bien entendu des histoires dans l’histoire, parce que le livre relate l’histoire depuis l’arrière grand-mère jusqu’à la mère d’Alexis. Il y a beaucoup de rebondissements, presque des intrigues, c’est très divertissant, ce que l’auteure souligne grâce aux pensées et interrogations des protagonistes (p313):

Alors qu’elle parlait, son esprit vagabond la ramena à ce froid matin d’automne où elle avait quitté Plaka pour rejoindre Spinalonga. Elle n’avait certes jamais rêvé de vivre dans une colonie de lépreux, toutefois, elle prit le temps de s’interroger : à quoi aurait ressemblé sa vie si elle avait épousé Manolis ? N’aurait-ce pas été une sorte d’emprisonnement aussi ?  Quel genre d’homme n’hésitait pas à trahir sa propre famille ? Quel Judas abusait ainsi de la gentillesse et de l’hospitalité qu’on lui avait offertes ? Si elle avait été charmée par Manolis, elle mesurait à présent que le destin lui avait peut-être fait un cadeau en séparant leurs chemins. Pas une fois ils n’avaient abordé un sujet moins anecdotique que la récolte des olives, la musique de Mikis Theodorakis ou les fêtes des saints à Elounda? La joie de vivre dont il débordait l’avait attirée au début, mais elle comprenait qu’il n’avait peut-être aucune autre qualité. Une existence au côté de Manolis se serait sans doute apparentée à une autre forme de condamnation à vie, pas plus plaisante que celle qu’elle purgeait à Spinalonga.

Pour résumer, c’est un bon livre à lire au bord de la piscine, sur la plage ou en terrasse ensoleillée. Fermez les yeux, imaginez la mer pas loin… Mais oui, vous êtes presque en Crête (et qu’est-ce que c’est chouette la Crête !)

Et puisqu’on parle de vacances, c’est à mon tour maintenant ! Je serais donc un peu moins présente sur le blog…

Bonne lecture, bon retour à ceux qui rentrent et bonnes vacances aux autres…

Tagged as: , , ,

Leave a Response

:-) :( :(( :? 8) :D :P :oops: :cry: :wink: :love: X( :x