Mnêmosunê

Les petits riens forgent de belles existences…

Le jeu des 7 familles (ou presque)

Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas une grande suiveuse des tendances mode ou une grande fashionista. Non pas que je n’accorde pas d’importance à la façon dont je m’habille, mais plutôt que je suis assez basique. Dans ma garde-robe il y a donc beaucoup de couleurs neutres, de coupes plutôt intemporelles et surtout des choses que je porte très souvent : ce que je mets peu, en général je m’en sépare assez vite.

Je ne suis donc pas quelqu’un qui a beaucoup de mouvement dans son armoire, ni qui passe des heures entières à fouiner dans les magasins.

Je n’ai pas non plus beaucoup de sacs à main (3, tous en cuir : un noir, un beige et un parme/taupe que j’adore), ni de paires de chaussures (une quinzaine je pense, et du tri par le vide va être fait bientôt, donc bon…).

Il n’y a qu’une seule chose, en termes de »vêtements/habillement » s’entend, pour laquelle je peux dépenser sans compter… Une légère addiction féminine en somme…

lingerieLa lingerie. Sur la photo vous pouvez vous entrainer au jeu des 7 familles ou presque, puisqu’il y en a 18 et qu’il y a un piège (un bas sans haut en fait).

Donc, là vous pouvez voir 18 ensembles. Et j’en ai encore d’autres. A la louche, au total, je dois en avoir 33 (je suis encore loin des 60 culottes de Madame Patate, mais quand même).

Je suis donc quelqu’un qui adore la lingerie. Je ne sais pas très bien pourquoi (je ne me rappelle pas, enfant, avoir admiré la lingerie des femmes de mon entourage…), mais j’en achète très régulièrement.

J’aime le jeu des matières, des textures, des couleurs, des formes. J’aime choisir l’ensemble que je vais porter. Ensuite, je choisis mes vêtements. Je ne fais jamais l’inverse : je préfère changer de vêtements si cela ne rend pas aussi bien avec la lingerie que j’ai sélectionné que l’inverse.

Les sous-vêtements que je porte reflètent quelque peu mon état d’esprit : si avec certains je suis en mode « confortable » (mais joli, par exemple, le parme à fleurettes du 2ème rang à gauche), avec d’autres je me sens femme fatale (par exemple, les 4 de la 4ème rangée). Et puis, il y a le « chouchou », celui avec lequel je pourrais relever n’importe quel défi je crois bien (le « presque graou », à droite du parme à fleurettes, 2ème rang).

Et puis j’aime le confort (toutes formes confondues) des grandes marques. Dans mon tiroir, du Passionata, du Chantal Thomass, du Aubade, du Lejaby, du Chantelle. Ma lingerie c’est mon petit plaisir, mon achat réconfort quand j’ai eu une dure semaine, le cadeau que je me fais quand j’en ai envie.

D’ailleurs, le prochain, ce devrait-être celui-ci :

Passionata

Source : le site de la marque

J’ai déjà hâte de l’essayer… Mais je me tâte pour la couleur du coup !

Tagged as:

3 Comments

  1. Nan moi ça dépend. Si je mets mon ensemble violet (que je love) et qu’on est en été, je vais mettre un haut dans les mêmes tons pour pas que ça jure trop avec les bretelles du débardeur !

    • Oui c’est sur qu’il faut savoir adapter les tenues avec les différentes contraintes :P
      Comme la majorité de mes tenues sont dans des tons assez neutres (noir, gris, …) je peux me permettre à peu près tout !

Trackbacks

  1. Une fille ordinaire | Mnêmosunê

Leave a Response

:-) :( :(( :? 8) :D :P :oops: :cry: :wink: :love: X( :x