Histoires vraies – Blaise Cendrars

Ce petit bouquin, comme on peut le voir sur la couverture, je l’ai reçu en cadeau en achetant d’autres livres. Et je ne sais pas ce qu’il en est de votre côté, mais moi, quand je reçois ce genre de livre cadeau, je ne m’attends pas à quelque chose d’extraordinaire. Je ne sais pas vraiment pourquoi, peut être que je ne prends pas l’ouvrage au sérieux, je ne sais pas.

Néanmoins, pas question de l’oublier et de ne pas l’ouvrir : quand j’ai un livre sous la main, je le lis jusqu’au bout (sauf si je n’accroche vraiment pas) (mais je suppose que c’est pour tout le monde pareil).

Histoires vraies - Blaise CendrarsEt dans le cas de ce livre, ce fut une bonne idée de se plonger dedans ! Ici, Blaise Cendrars raconte 7 histoires vraies, toutes plus charmantes et entrainantes les unes que les autres. La première est celle que j’ai le plus aimé, déjà parce que le sigle qui lui sert de titre est rigolo (T.P.M.T.R.), ensuite parce que l’histoire est pittoresque et enfin parce que les personnages sont très attachants.

Dans les autres, on découvre tour à tour des sites merveilleux (la description de l’Amazonie est à tomber par terre !), des histoires de cowboy, des histoires de l’armée… Il y a des personnages hauts en couleur, des descriptions de situations vécues très réalistes et distrayantes (p 56):

J’aimais bien patrouiller avec lui, car, en patrouille, notre entente était parfaite; mais une fois rentrés, cela ne durait pas. D’ailleurs personne ne pouvait s’entendre longtemps avec Griffith qui avait un caractère difficile et ombrageux, aussi personne ne l’aimait-il. Il n’était pas liant, pas causant. Il se tenait volontairement à l’écart, fumant sa pipe, hostile, et il ne desserrait les dents que pour gueuler. Je n’ai jamais entendu quelqu’un d’aussi mal embouché de lui, et quand Griffith remettait en place un malabar qui avait essayé de le charrier, ou un tire-au-flanc, qui avait voulu le faire marcher, ou quand il se mettait à râler après le jus, le tabac ou le rabiot de pinard dont il surveillait fébrilement la distribution, ce petit bout d’homme taciturne et morose et étourdissant, tant par sa verve, sa rage, sa violence exagérée que par l’inattendu de ses invectives qui sortaient à jet continu, par le pittoresque de son vocabulaire farci de gros jurons de palefrenier et d’énormes cochonneries, par la drôlerie de son accent inimitable, mi-partie cockney et bellevillois.

En résumé, ce n’est pas le chef d’œuvre du siècle, mais c’est un ouvrage qui a eu le mérite de me distraire dans une période un peu morose. Et ça, je suis pour ! A noter aussi, à la fin de l’ouvrage, une biographie de l’auteur, très instructive.

2 thoughts on “Histoires vraies – Blaise Cendrars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.