Mnêmosunê

Les petits riens forgent de belles existences…

Le moine qui vendit sa Ferrari – Robin S. Sharma

Je dois être dans une période « récit initiatique », je ne vois pas comment je pourrais expliquer autrement le fait qu’en un mois et demi, sur 6 livres lus, 3 relèvent de cette catégorie (oui, oui, ça fait bien la moitié). Peut être que j’ai besoin d’histoires avec un sens, je ne sais pas.

Toujours est-il que la personne qui m’avait prêté Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle, m’a aussi prêté Le moine qui vendit sa Ferrari de Robin S. Sharma, me disant qu’il était drôle et bien fait.

Dans ce cas, pourquoi refuser ?

C’est l’histoire de Julian Mantle, un ténor du barreau qui a réussi : carrière florissante et pleine d’éloges, la richesse, du succès auprès des femmes, une vie sociale bien rempli, et une Ferrari. Tout pour être heureux finalement.

Ou presque.

Parce que un jour, en pleine plaidoirie, Julian fait une crise cardiaque. L’occasion pour lui de se poser des questions sur le sens qu’il veut donner à sa vie, sur le bonheur. Pour en apprendre plus sur lui même, il entreprend un voyage dans l’Himalaya afin de rencontrer un peuple de sages et d’en apprendre plus.

Une fois rentré au pays, complètement transformé, il vient relater son histoire et ce qu’il a appris à un ami proche.

Mnemosune-sharma-le-moine

Si l’histoire est loin d’être originale (l’occidental qui travaille trop, qui a « réussi » et qui pourtant se retrouve au cœur d’une crise existentielle),  j’ai trouvé que les idées, les enseignements présentés, sont plutôt bons : certains sont de bon sens (celui qu’on oublie parfois), d’autres plus fouillés (le kaizen) et la présentation sous forme de fable est sympathique (même si les symboles sont parfois un peu déroutants, comme par exemple le câble rose).

Et pourtant, je n’ai pas accroché. Je n’ai pas été émue, l’histoire ne m’a pas touchée, je ne me suis pas sentie concernée, le personnage de Julian Mantle ne m’a ni paru sage, ni intéressant.

Oui les conseils sont bons, par contre la forme ne me convient pas du tout : j’ai trouvé la qualité de langue passable (beaucoup trop de fautes de syntaxe, de tournures très lourdes, de fautes d’orthographe…), trop inégale. Parfois j’ai eu l’impression de lire le dialogue de deux hommes qui se félicitent à chaque fois que l’autre parle même s’il ne dit rien d’exceptionnel sur fond de mysticisme. Au final l’histoire a juste une saveur artificielle, il manque la dimension « récit ».

A vrai dire, la fable seule, sans tous les dialogues creux entre Julian Mantle et son ami, aurait été largement plus intéressante, si elle avait été un peu plus fouillée (ce qui a, apparemment, été fait dans un livre à part).

Donc, en résumé, vous l’aurez compris, je ne le recommande pas : l’histoire manque de fluidité, de naturel, de crédibilité, ce qui fait perdre l’intérêt pour tout le reste. Quitte à lire un roman initiatique, tournez vous vers Paulo Coelho ou Laurent Gounelle, et si vous cherchez des fables / contes, tournez vous vers Clarissa Pinkola Estes, qui, à mes yeux, sont beaucoup plus aboutis, réussis, et percutants.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Bonne journée !

Tagged as: , , ,

3 Comments

  1. Alala, moi aussi je suis sur un livre avec plein de fautes et des dialogues creux… Heureusement que l’histoire est bonne…
    Cette collection chez J’ai Lu ne m’a jamais attirée.

    • Je ne connaissais pas cette collection de J’ai Lu, donc je n’en avais pas d’a priori. Par contre j’ai lu un autre livre de cette même collection et je l’ai trouvé très bien, donc…
      Les fautes, c’est vraiment quelque chose que je ne comprends pas : comment peut-on laisser passer des bourdes pareilles, publier un texte dans cet état ?
      Les dialogues creux, bon, ça par contre c’est l’auteur qui les a tournés comme cela, si l’histoire est bonne (mais vraiment) pourquoi pas, mais ça gâche un peu le plaisir quand même (non ?)
      Bisous copine :love:

Trackbacks

  1. 30 by 31 | Mnêmosunê

Leave a Response

:-) :( :(( :? 8) :D :P :oops: :cry: :wink: :love: X( :x