Chanson française – Sophie Létourneau

Ce jour là, j’avais arpenté une grosse partie du centre-ville de Montréal : j’étais en quête d’un chocolatier où je puisse acheter un coffret pour mon grand-frère de cœur.

Impossible de me rappeler du nom de la boutique où nous avions dégusté une glace en plein mois de décembre et dont il chantait les louanges, alors j’ai marché, en cherchant la devanture tant espérée.

Je l’ai finalement trouvée (il s’agit de Suite 88 si cela vous intéresse), là où mon intuition me disait d’aller chercher.

Vous vous doutez bien que si j’ai passé ma journée à crapahuter dans le centre-ville de Montréal c’est que je ne l’avais pas écoutée cette petite voix qui me soufflait d’aller sur le boulevard de Maisonneuve Ouest.

J’ai donc acheté une sélection de truffes, le personnel était charmant, et j’ai repris le métro pour rentrer à l’appartement que je louais sur le Plateau.

Plutôt que de prendre le bus après avoir pris le métro, j’ai choisi de marcher (sans doute que je n’en avais pas fait assez ?), de profiter du soleil pour faire du lèche-vitrines (sans doute que je n’en avais pas fait assez ? bis repetitae).

Je me suis arrêtée à toutes les boutiques que mon intuition m’a soufflée, parce que je n’allais pas me faire avoir deux fois de suite quand même, et c’est ainsi que j’ai poussé la porte de la Bouquinerie du Plateau.

A l’époque, quand j’habitais et travaillais à Montréal, je passais souvent devant, sans jamais y être rentrée : je regardais la devanture, je me disais que je pourrais bien passer la porte pour me perdre dans les rayons, et puis non, je continuais mon chemin.

Pas cette fois-ci.

Je ne cherchais rien, mais il paraît que c’est comme cela que l’on trouve, et puis en regardant tous ces livres (ou peut-être était-ce l’odeur enivrante du papier ?), je me suis dit que ce serait bien d’avoir un livre d’un auteur québécois : pas forcément quelque chose de compliqué, mais plutôt une petite madeleine de Proust, vous voyez ?

Alors j’ai regardé, Chanson française de Sophie Létourneau était mis en valeur, j’ai pris le livre, une des employées m’a dit que c’était un très bon choix avec ce grand sourire qui sied et signe si bien les visages montréalais (sans doute les autres aussi, mais je persiste à dire qu’à Montréal les gens sourient vraiment beaucoup et c’est vraiment très chouette), alors je l’ai pris, sans trop savoir de quoi ça allait parler puisque j’avais lu la 4ème de couverture en grosse mailles de diagonales (ça ne veut rien dire, mais je suis sure que vous vous représentez la chose).

chanson-francaise

Et en fait, Chanson française, c’est une jolie histoire, pas gnangnan comme pourrait le laisser croire la 4ème de couverture (finalement c’est bien que je ne l’ai pas lue avant de l’acheter je crois), une histoire d’amour entre un français et une montréalaise, avec des malentendus, des espoirs mal ou pas formulés, des incompréhensions entre ces deux francophones qui n’ont pas l’air de parler la même langue, et puis cet océan Atlantique, le Plateau aussi, Paris parce qu’on échappe rarement à Paris quand on parle de la France.

Le narrateur parle de Béatrice, la protagoniste, en disant « tu », c’est peut être parce que l’auteur est québécoise, allez savoir, mais c’est bien parce que même si c’est pas nous Béatrice, on y est avec elle, comme un écureuil qui guette les miettes de cookie, un peu dans l’ombre mais jamais très loin, avec ce regard curieux empli de « mais que va-t-il se passer ? » tout en savourant chaque rayon de soleil, chaque brise qui passe par là, chaque brin d’herbe moelleux.

Chanson française, c’est un peu comme un après midi ensoleillé à paresser au Parc Lafontaine avec sa gang d’amis, en toute simplicité, ce genre de moment où l’essentiel vous saute aux yeux et que vous en savourez chaque seconde.

Avec tout cela je ne vous ai pas tellement dit si c’était bien ce livre, parce que peut être vous n’êtes jamais allé au Parc Lafontaine avec votre gang d’amis par un après-midi ensoleillé et que donc vous n’arrivez pas à vous représenter à quel point c’est chouette, mais c’est une jolie histoire, toute fraîche que je vous recommande.

Je cherchais une petite madeleine de Proust de littérature québécoise, je l’ai trouvée.

Bonne journée !

2 thoughts on “Chanson française – Sophie Létourneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.