Le premier cours de zumba

Lundi, j’ai enfin sauté le pas (rappelez-vous, c’était sur la liste) et je suis allée prendre un cours de zumba, non sans quelques appréhensions. Une de mes collègues particulièrement entraînée (elle, elle survit au step niveau 2 alors que moi je ne comprends pas ce que font les gens avec leurs pieds) m’avait dit que c’était particulièrement cardio et que je ne tiendrais pas 10 minutes sans cracher mes poumons.

Il faut bien avouer que le yoga c’est pas vraiment cardio et que j’ai peu d’entraînement sur ce type d’activité. Donc lundi je n’en menais pas trop large en fait.

Histoire de me mettre en condition, je me suis dit que le principal c’était d’essayer et de voir si cela me plaisait ou pas. Si j’arrivais à m’amuser c’était tant mieux, sinon ça me donnait l’occasion de voir quelque chose de différent, ce qui n’est jamais une expérience gâchée. Pour l’occasion, j’avais même « investi » (9,90€, visez un peu l’investissement…) dans un nouveau pantalon de sport : le jogging qui a 15 ans, ce n’était plus possible.

Bref, Lundi je suis arrivée à la salle de sport avec mes nouvelles fringues, un sourire un peu crispé mais avec l’envie d’en découdre quand même, un brin curieuse (je demeure fermement convaincue qu’un peu de curiosité et d’ouverture d’esprit permettent de faire bien des choses). J’avais déjà vu la prof, j’avais pris un cours de barre à terre avec elle il y a quelques temps, j’étais rassurée parce que je la trouve très dynamique, souriante et motivante.

zumba

Ah ça pour être dynamique, c’était dynamique…

Au bout de 10 minutes, j’avais l’impression de sauter partout depuis des heures, j’étais rouge écarlate, brûlante de partout et j’étais déjà complètement trempée. Je crachais mes poumons, j’avais le nez qui coule, mon pantalon me collait de partout alors qu’il était supposé être large. Top glamour quoi.

Sauf que je m’éclatais. Complètement. Je m’amusais comme une folle à sauter partout, à dandiner des épaules, tortiller du bassin et compagnie. Et pourtant ce n’était pas le premier cours (donc les autres connaissaient un peu la chorégraphie, et moi pas du tout), alors j’ai eu quelques moments de solitude à faire des pas alors que c’était pas ça qui fallait faire (mais au moins je « dansais » c’est déjà pas mal) (enfin de là à dire que c’était gracieux ou joli, c’est une autre histoire… Je bougeais on va dire). A la fin du cours, j’étais complètement euphorique (et lessivée, cela va sans dire).

Et je pense que si je m’éclatais comme ça, c’est aussi pour une raison très simple : je ne connaissais personne à ce cours (sauf la prof que j’avais vue une fois quoi). Alors je n’ai pas cherché à être bien, à être convenable, à demeurer « jolie ». Je me contre-fichais des mecs sur les machines qui nous regardaient sauter comme des dératées, de ne pas savoir un pas, de me vautrer lamentablement (le parquet, ça glisse…), etc.

Le meilleur dans l’histoire ? C’était la première fois que je prenais un cours de sport toute seule. Moi qui suis toujours paniquée de faire les choses seules (par exemple, le prochain step c’est d’aller au cinéma et/ou au théâtre toute seule), là j’ai compris à quel point c’était chouette. J’en avais déjà eu un aperçu lors de mon voyage à Londres, mais là vraiment, on est juste… face à soi, avec soi, et on peut oublier les autres.

Et ça, c’est trop bien. Du coup, si j’arrive à caler ça dans mon planning, j’y retourne lundi prochain. Parce que c’est pas le tout d’essayer, mais il faut se donner les moyens d’apprendre la chorégraphie et d’y prendre du plaisir.

La suite au prochain épisode…

Bonne journée !

PS : Article matinal aujourd’hui, je profite de la révision de ma tuture d’amour et du wi-fi du garage pour poster 🙂

14 thoughts on “Le premier cours de zumba

    1. Les vacances je l’ai fait une fois, en mai, et c’est vrai que c’est bien, parce que tu ne fais que ce qui t’intéresse !
      Il n’y a plus qu’à transformer l’essai 🙂

  1. Yeah !
    (j’ai l’impression de ne faire que des commentaires niais chez toi en ce moment mais) C’est cool ! C’est clair que dès qu’on arrive à dépasser ce petit blocage de faire des choses seul, plein de nouvelles possibilités apparaissent (pour dire, moi maintenant mon petit blocage c’est plutôt de faire des choses pas toute seule…)(hem)

    Bisous, et j’espère que tu pourras continuer !!

  2. ça donne envie d’en faire quand tu dis t’éclater .
    moi ,autant le dire maintenant ,je ne suis pas prête à faire ça toute seul ,il me faut du soutien mental.
    avec une amie on a fait du quick-step ou je me rappelle plus quoi (je crois que c’est ça) (bref) et on a morflé et par là je veux dire morflé de chez morflé.
    bisous.

    1. Ah oui je me suis vraiment amusée, en mode « j’ai 5 ans et je danse n’importe comment » tu vois.
      Et les expériences fâcheuses, t’inquiètes j’en ai eu aussi…

  3. J’en fais depuis plus de 2 ans (Oh là là, faudrait que je le blogue, un jour) et c’est trop l’éclate. Mon conseil : persévère !

    Tu n’avais jamais été à un cours de gym toute seule avant ?
    Ben comment tu fais ? Moi j’avoue que si je m’y traînais pas toute seule, j’en ferais jamais, vu mon manque d’entourage.

    1. Ah mais je ne savais pas que tu en faisais !
      Si je suis déjà allée à des cours de yoga seule (à Montréal), mais jamais dans un club de fitness.
      Et là j’ai une collègue qui y va régulièrement, donc ça me va bien, on covoiture pour y aller et puis ça me permet de me motiver d’avoir quelqu’un qui est plus régulier que moi ! 🙂

  4. La ZUMBA ça bouge bien, ça c’est sûr mais après, ça dépend des chorés… Quand j’en faisais, au début j’étais comme toi. Puis, au fil de l’année, je n’étais plus essoufflée. Les chorégraphies étaient + molles et j’étais + habituée. Au final, j’étais de + en + déçue… J’espère que ta prof continuera sur sa lancée…

    1. J’ai un avantage c’est que j’ai un emploi du temps qui varie sans cesse, du coup je n’ai pas pu y aller beaucoup.
      L’inconvénient c’est qu’à chaque fois que j’y vais, ben je ne connais pas la choré et c’est pas facile.
      A voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.