Mnêmosunê

Les petits riens forgent de belles existences…

Une gourmandise – Muriel Barbery

Donc il y a quelques temps, je suis allée m’acheter quelques livres avec une carte cadeau offerte par des collègues de travail. J’en ai acheté 8, dont Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Saccage ce carnet ! (qui est un carnet créatif) et celui dont je vais vous parler aujourd’hui, à savoir Une gourmandise de Muriel Barbery.

De cet auteur, je ne connaissais que L’élégance du hérisson et c’est grâce à un article de Cél que je me suis dit que je devrais approfondir mon exploration des oeuvre de Muriel Barbery : c’est ainsi que j’ai acheté Une gourmandise qu’elle conseillait.

Mnemosune Une gourmandise 1

Une gourmandise, c’est l’histoire de cet homme, critique culinaire. Mieux que cela d’ailleurs c’est LE pape de la critique culinaire, celui qui a fait ou défait la réputation des milliers d’établissements qu’il a visité.

Mais bientôt, il va mourir, il le sait, son médecin lui a dit.

Alors avant l’arrivée de la grande faucheuse, le voilà en quête du souvenir de l’expérience culinaire qui l’a le plus marqué pendant toute sa vie.

C’est cela que ce roman raconte, cette quête d’un souvenir, d’une émotion, en alternant les chapitres entre la quête du pape de la cuisine, et les réflexions de l’entourage de cet homme.

Mnemosune Une gourmandise 2

Une gourmandise, c’est le premier roman de Muriel Barbery. Je l’ai trouvé sensiblement différent, que ce soit dans le style ou dans le rythme que L’élégance du hérisson, et cela m’a plu.

C’est un ouvrage très rythmé, qui alterne entre les souvenirs de ce critique culinaire, qui de prime abord semble bien froid et insensible pour se révéler bien différent de ce que la première impression laisse paraître, et ceux des personnes qui l’ont côtoyé, ses enfants, sa femme, son médecin.

Il y a l’ambivalence du sentiment et puis des descriptions de souvenirs culinaires absolument splendides : on a l’impression de (re) vivre ces moments là avec lui, la mie de pain aérienne, le velouté d’une bouchée et l’explosions des saveurs.

Les scènes sont aussi très bien rendues, si vous êtes visuels et créatifs comme moi je vous garantis que les images défileront dans votre tête au fur et à mesure de la lecture, et on part parfois loin, parfois moins, en tout cas le voyage est très chouette.

Si la fin m’a laissée un peu sur ma faim, c’est quand même un joli roman, qui touche à la fois aux souvenirs et aux relations entre les personnes. Il plaira particulièrement aux amateurs de cuisine, mais je crois qu’on peut tous se laisser toucher la beauté de ce récit.

Vous connaissez ? Qu’en pensez-vous ?

Bonne journée !

Tagged as: , , ,

2 Comments

  1. Je n’avais pas accroché à L’élégance du hérisson donc je ne pensais pas du tout me lancer dans celui-ci… Pourquoi pas mais bon, là j’ai encore pas mal de choses à lire… Comme d’habitude en fait!

    • Il est très différent de L’élégance du hérisson dans le style (et dans le sujet bien entendu). Je sais que Cél était comme toi, et elle aimait bien celui-ci.
      Oui, je comprends, c’est vrai qu’on est rarement en panne de choses à lire, surtout toi avec ton métier !

Leave a Response

:-) :( :(( :? 8) :D :P :oops: :cry: :wink: :love: X( :x