Un joyeux pré-anniversaire…

** Attention, billet fleuve **

Hier, je n’étais pas dans une forme olympique. Je ne sais pas trop si c’est la dépression saisonnière, les variations de temps, le stress du travail (en 3 jours, j’ai eu autant de stress qu’en une semaine normale !) ou la déception de n’avoir perdu que 200g en une semaine, mas voilà, j’avais le moral dans les chaussettes. Pas envie de sortir, même aller faire les courses me semblait presque insurmontable.

Sauf qu’hier, je devais voir Gazelle. Qui a fortement insisté pour que je sorte de chez moi et de ma mélancolie, avec une série d’arguments plus convaincants les uns que les autres (« je sais bien que dans ces moments là on a juste envie de se terrer chez soi, mais tu sais bien que c’est la PIRE idée qu’il soit »), le plus étant son fameux « je m’occupe de tout ». Quiconque a déjà passé un moment avec elle sait très bien que quand elle s’occupe de tout, ce qui va arriver ne peut qu’être bien.

Mais aurais-je pu présager de ce qui allait se passer ?

Pré-anniversaire - les cadeaux de Gazelle
Les cadeaux de Gazelle, emballés

Parce que, insidieusement, dans son coin, sans rien dire à personne, ce qu’elle avait prévu, concocté, mitonné aux petits oignons, c’était un « pré-anniversaire ». J’ai rien vu venir. Du tout. Alors elle m’a parlé de la première phase de son programme, on est parties chez Lush (où j’ai mis une fois les pieds, mais il y avait trop de monde, j’étais pas dans le bon état d’esprit, je suis ressortie direct). Là, elle s’est plantée devant les ballistics et elle m’a dit « tu choisis celle que tu veux ».

Arrêt moteur.

Dans ma tête « hein ? », « quoi ? », « keskelviendedirladame ? », des choses évoluées quoi. Je regarde les présentoirs, je la regarde (avec sans doute un air fortement inspiré), elle a le sourire, je re-regarde le présentoir avec toutes ces boules de couleur et le parfum de la pièce qui me monte à la tête, je la re-regarde, elle a toujours le sourire.

« Bon, ben je vais lire les descriptions alors » (parfois, mon intelligence me fait frémir par sa profondeur et sa précision d’analyse). Et je lis, et je regarde, et je me demande bien comment je vais faire pour choisir. Finalement, j’hésite entre deux, Gazelle m’en montre une des deux et me dit qu’elle est bien. Je me repose complètement sur son avis (je ne suis pas très compliquée en fait comme fille) et donc je prends une ballistics « Sex-bomb » (ce qui me vaudra, en rentrant chez moi bien longtemps après, d’avoir la superbe chanson de Tom Jones dans la tête). A la caisse, je remplis une fiche pour avoir le catalogue (je suis faible aussi, en plus de ne pas être compliquée), Gazelle me demande c’est quoi mon type de peau, je la regarde avec mon air creux de la fille qui ne comprend toujours pas ce qu’il se passe, je réponds « grasse » et 1 minute plus tard j’ai un échantillon de masque « Cupcake » (on dirait de la mousse au chocolat). Gazelle prend la ballistics, l’échantillon, me regarde et me dit « je garde ça dans mon sac, tu l’auras tout à l’heure avec le reste ». Je lui souris, je ne comprends toujours pas ce qui se trame, je réponds « d’accord » (je ne suis pas contrariante non plus).

On sort, elle me regarde, je lui souris encore avec mon air sans doute un brin naïf mais qui sent le retour en enfance (peut être qu’à ce moment là je commence à capter ce qu’il se passe) et elle me dit « il faut que j’aille à Sephora ». Ok, ça tombe bien, je dois me racheter du mascara (quand je vous dis que je suis une fille simple). Direction l’espace Saint Georges.

Pré anniversaire, les cadeaux de Gazelle
Les mêmes, mais sans l'emballage...

Elle me dit qu’elle sait ce qu’elle veut, je lui dis que moi aussi. Elle va vers le fond du magasin, moi je vais vers la gauche, je trouve mon mascara, je la cherche, elle cherche encore ses trucs, je lui dis que je vais faire un tour (et donc, bien entendu, j’ai embarqué d’autres choses, la razor sharp et un spray fixateur de maquillage de chez Urban Decay), je vais à la caisse, elle est en face de moi (mais elle a de l’avance, elle paye quand moi je viens juste d’arriver), je passe en caisse, je lève les yeux et elle n’est plus en face (« mince, elle est où ? »), je me retourne, elle est derrière moi (« ah, ben elle est là… Ouf! ») (le « ouf » c’est parce que si j’avais refait un tour, je pense que j’aurais acheté autre chose), elle sourit toujours, donc je souris moi aussi (toujours pas contrariante), on repart plus chargées que quand nous sommes rentrées (et encore, on a évité la catastrophe je crois).

« Bon, maintenant on va aux Galeries ». Ah. Ben oui, c’est une bonne idée, il y a des promos (là, j’ai parlé en même temps que je réfléchissais, mais je ne m’en suis rendue compte qu’au milieu de ma phrase). « Ah oui, mais on va tout en haut, au dernier étage. Mais on peut fouiner aussi, hein ». Là honnêtement, je me suis bien demandée ce qu’elle voulait faire au Sushi Shop à 16h30 passées, mais j’ai rien dit, j’ai préféré lui demander ce qu’elle avait acheté, histoire qu’on fasse nos filles qui gloussent devant des soins et du maquillage quoi.

Et là j’ai vu le paquet cadeau dans la poche Sephora. « Mais ça tu l’auras tout à l’heure, en même temps que le reste » (depuis, je sais ce que c’est, à savoir un exfoliant et un hydratant pour le corps parfum monoï). A ce moment, là, j’ai 15 ans, on vient de m’autoriser à mettre du mascara et du fard à paupières (c’est pas vrai, mes parents ont capitulé bien avant, mais c’est juste pour retranscrire mon état d’esprit). Donc, bien évidemment, je souris. Et on rentre dans les Galeries. On a fait un micro arrêt à l’étage lingerie-maillots de bain & co, mais on a bien du sentir que ça allait vite devenir compliqué si on je restais là, donc on a continué notre ascension vers le Sushi shop.

Pré-anniversaire, les cadeaux que je me suis fait comme une grande
Là, c'est une partie de mon craquage personnel...

Sauf qu’il n’y a pas qu’un Sushi Shop au dernier étage. Il y a une épicerie fine aussi (moi je croyais qu’il y en avait une, mais au sous-sol, mais je divague là). Gazelle se prostre devant le rayon « thé », elle me regarde, toujours souriante et elle me dit « allez tu en choisis un ». Donc je souris, je la regarde, je regarde le rayon, je me dis que la tâche est encore plus difficile que chez Lush, je commence à regarder. Je lui demande si je dois prendre du vrac ou des sachets mousseline, elle me répond de prendre ce que je veux. Je suis embêtée, un peu gênée aussi parce que bon j’ai pas trop l’habitude de ça, je ne veux pas me planter. Et puis je me rappelle de ce thé, aux saveurs de chocolat et de caramel, alors je le cherche. Bien entendu, je ne me rappelle pas du nom, mais je sais que c’est un Mariage  frères. Je finis par le trouver, c’est le Wedding impérial. Gazelle est contente, j’ai l’impression d’avoir 10 ans et qu’on m’a lâchée au rayon des Barbies en me disant que je pouvais prendre celle que je voulais.

A partir de ce moment là, je crois que j’ai vraiment eu des difficultés à m’exprimer (oralement je veux dire), donc je suis passée en mode « je montre ma gratitude et à quel point je suis contente avec mes zygomatiques » (je souris quoi). Parce que j’ai beau être simple, pas contrariante et tout, il y a un moment, quand les choses me touchent et que je sens bien que si j’ouvre la bouche mes yeux vont ressembler à une cascade ambulante, je ne sais pas quoi faire d’autre que de me taire et de sourire timidement. Voilà.

Vue de Toulouse
© Gazelle

Du coup, pour pas me laisser submerger par l’émotion, j’ai fait le tour de l’étage, Gazelle aussi, et j’ai acheté des sucres et du chocolat, parce que j’en avais plus trop (du chocolat, du sucre en morceaux je n’en avais plus du tout) (et puis celui là il est joli) et que quand même depuis le temps que j’entendais parler du Valrhona il était temps que je le goûte. J’ai aussi aidée Gazelle à trouver des lapins en chocolat pas abîmés, mais je crois surtout qu’on s’est auto-poussées à la consommation (mais c’est pas grave).

Vue de Toulouse
© Gazelle

On a payé, on est sorties sur la terrasse parce que dans le magasin il faisait vraiment chaud, Gazelle a pris des photos, moi j’ai essayé de reprendre mes esprits, on a parlé d’histoire de l’art et de cours de peinture et puis je lui ai dit qu’il fallait que j’aille chez Foot Locker parce que je voulais vraiment une nouvelle paire de baskets puisque mes Stan Smith sont reparties chez Adidas en Allemagne. Donc on est allées à Foot Locker.

Pré anniversaire - mes baskets
En fait, le scratch il est rose fluo, comme celui de la chaussure derrière et non pas orange

Je n’ai pas mis trop longtemps à savoir ce que je voulais, on a un peu patienté le temps que le vendeur aille me chercher le modèle que je voulais pour l’essayer, je suis repartie avec une paire en 39 alors que je fais du 37,5 (vous imaginez qu’il y a 3 ans, j’étais sure de faire du 38 ? ça peut maigrir les pieds ?), parce que le 38 il n’y en avait pas, que le 37 j’étais sure de ne pas rentrer dedans, et que de toute façon, le 39 me va. Même Gazelle n’en revenait pas ses yeux de tant de mystères sur une correspondance de taille de pieds et de chaussures.

Ensuite on est allées à Zara où on a rien trouvé, et du coup on est allées à Virgin parce que c’est en face de Zara. On a commencé à papoter livres avec Gazelle, elle m’a parlé d’un livre qu’elle avait beaucoup aimé et puis elle a décidé de me l’offrir. Du coup, en caisse, j’ai fait le paquet (je devais bien apporter ma pierre à l’édifice un peu non?).

Le Salon d'Eugénie
© Gazelle

Et puis avec tout ça, on avait faim et soif, alors on est parties en quête d’un salon de thé (à 18h, amis de la logique bonjour), on s’est retrouvées au Salon d’Eugénie (rue des lois). Gazelle a commandé une tarte au myrtilles et un thé à la menthe, moi un chocolat viennois et un cookie (énooooooooooooorme) (d’ailleurs mon choix a inspiré notre voisin de table qui a pris exactement la même chose que moi) (bon par contre je dois manquer un peu de retenue puisqu’il m’a regardé un peu bizarrement quand j’ai mis un peu de chantilly de mon chocolat viennois sur un bout de cookie) (ou alors il s’en est voulu de ne pas avoir mon audace) (va savoir, Charles).

Le Salon d'Eugénie
© Gazelle

J’ai eu mes cadeaux, j’ai encore perdu la parole mais pas les zygomatiques, par contre j’ai essayé d’aller au petit coin en passant par les cuisines et du coup ça n’a pas bien marché (mais ça a fait beaucoup rire Gazelle) (j’ai quand même retrouvé mon chemin après). Je crois que à cet instant là, j’avais 5 ans et j’avais gagné un gros cadeau à la pêche aux canards (un poisson rouge quoi).

Le Salon d'Eugénie
© Gazelle

Après ça, Gazelle avait prévu que l’on sorte le soir. Moi qui suis aussi « clubbeuse » qu’un bigorneau, j’étais pas super à l’aise, mais bon  je lui faisais confiance (mon angoisse non, mais elle a vite capitulé). On s’est retrouvées au Saint Jérôme, on a mangé des tapas (des tacos au fromage de chèvre, des patatas bravas, un dip de légumes et en plus j’ai pris un café gourmand que j’ai partagé), j’ai pris deux Virgin Mojito (= sans alcool) qui ont plombé ma note (à 6.50€ le virgin mojito, ça monte vite) (même quand on en prend que 2) (et 3 tapas différentes…) (32€ en tout, c’est moi le record) (mais je m’en fiche un peu en fait), les filles (oui parce qu’une amie de Gazelle est venue aussi) ont pris du vin, on a essayé – en vain – de savoir ce que cachait ce serveur un brin blasé / bizarre (du coup je lui ai fait une mise en échec – accidentelle – en sortant) et vers 23h tout le monde est rentré chez soi.

Saint Jérôme
© Gazelle

Je suis arrivée un peu après 23.30, j’ai posé mes affaires sur le canapé rose, je suis allée me démaquiller, j’ai regardé tout ce bazar avec mes petits yeux embrumés de fatigue et je suis allée me coucher.

Un chouette pré-anniversaire. D’ailleurs, ça continue, j’ai un bain qui m’attend…

Bon dimanche !

Edit : J’ai rajouté les photos de Gazelle (merci miss !). Vous pouvez cliquer dessus pour les voir en plus grand.
PS 2: Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!

11 thoughts on “Un joyeux pré-anniversaire…

  1. Vais t’envoyer les photos là, pour que tu puisses les rajouter à ton article 🙂

    🙂 (juste « 🙂 ». Un sourire en dit plus que des mots oui, mais je suis contente 🙂

    (Sinon hier, on a fini aux coulisses, avec un groupe d’amis à moi rencontré par le hasard, en vrai une autre de mes copines du groupe des 4, avec son mec et des anciens collègues (c’était le destin je crois). Mais rentrée à 1h30. Pieds nus.

    Lalalalal et c’est pas finii. bisous 🙂

    1. Ben dis donc, t’as veillé alors ! Remarque vous rentriez en voiture, donc c’est pas bien grave !
      (Pieds nus ? héhé…)
      J’ai reçu les photos merci, je vais m’en occuper !
      (Comment ça, c’est pas fini ???)
      Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii 🙂
      Love sur toi :love:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.